1+1 = 1

Parfois avec la girafe on se dit qu’il faudrait peut-être qu’on défusionne un peu… parce que les trois quart des gens s’adressent à nous en utilisant un pluriel « les filles, vous », y compris de parfaits inconnus. J’entends encore résonner dans nos oreilles le « Ciao ragazze » de la serveuse du petit restau napolitain devenu notre repaire pendant notre dernière escapade au pied du Vésuve. On se le dit, et puis, très vite, on oublie et on passe à autre chose.

Mais là, je crois qu’il va vraiment falloir faire quelque chose. Pourquoi? Je t’explique, ami lecteur…

Ce week-end, Berlingot-Girafette fêtait dignement son anniversaire. Et dans la montagne de cadeaux qu’elle a reçus se cachait la maison Playmobil qui, comme chacun le sait, exige d’être montée.

Tous les adultes présents (et il y en avait, toute la famille étant réunie pour fêter l’enfant prodigue) se sont regardés en chien de faïence, attendant bien sagement que quelqu’un se colle au grand jeu du « je monte  le cadeau de Berlingot-Girafette ».

Finalement, c’est le dino qui s’y est attelé. Je n’ai aucun mérite, ça m’amuse de monter ces trucs-là. Et puis, il faut bien l’avouer, j’ai trouvé assez savoureuses les exclamations admiratives des représentants du sexe masculin qui avaient courageusement passé leur tour! Une fille au montage, whouah!

Bref, je finis par tourner vers Berlingot-Girafette une superbe maison, toute équipée, avec son petit jardin et tout et tout. Et la maman de Berlingot-Girafette de dire à sa douce progéniture: « Pour remercier le dino, tu vas lui faire un gros bisou? »

Berlingot-Girafette n’est pas avare en bisous. Elle a donc lâché son set de pâte à modeler et m’a planté un gros bisou sur la joue, avant d’illico se tourner vers la girafe pour réitérer la même opération sur la joue de l’animal au long cou. Et chaque bisou a été accompagné d’un joyeux « Merci tatie! »

Euh… comment dire? j’ai vaguement eu la sensation d’être flouée… parce que, il faut bien le dire, la girafe s’était prudemment tenue à très longue distance du truc à monter…

Sommes-nous si fusionnelles que ça pour qu’un bout de chou de trois ans n’envisage pas de nous dissocier quand il en remercie une?

 

 

Publicités
Cet article, publié dans En marge de la savane...., est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour 1+1 = 1

  1. amanda dit :

    Vous allez pas vous en plaindre, hein…

  2. Anne dit :

    Bah, elle a sans aucun doute, considéré tata girafe comme soutien moral du dino batisseur. Non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s