Quand la norme devient l’exception…

D’après la girafe, y’a un quartier mondialement connu à Montréal: le Village!

Le Village, en fait, c’est le quartier gay de Montréal. Tout petit, mais inratable! Les rues sont pavoisées de rainbow flags et peuplées de couples homosexuels qui profitent de pouvoir s’afficher ouvertement à deux  sans risquer regards désapprobateurs ou étonnés ou des remarques franchement désobligeantes.
Dans Le Village y’a des restaus, dont un que la girafe avait remarqué lors de sa lecture méthodique de la page « Où manger » du guide touristique. Nous sommes donc allé manger dans ce petit restaurant, qui comportait une dizaine de tables et proposait un menu varié et sympathique à un tarif très intéressant.

Le patron qui nous a accueillies portait sur lui son homosexualité.

Les clients attablés aussi.

Nous nous installons et commandons.

Quelques minutes après, le spectacle a commencé.

Deux nouveaux clients sont entrés: un couple, hétéro, d’une petite soixantaine d’années, très BCBG. Monsieur, impeccablement rasé, portait un pantalon en lin à plis et une chemisette claire, Madame, brushing tout aussi impeccable que le rasage de Monsieur, était élégamment vêtue d’un pantacourt blanc et d’un petit chemisier rose pâle à col rond. Ils ont marqué un premier temps d’arrêt en voyant un jeune homme caressait tendrement la main de son commensal. Monsieur a carrément pâli quand le patron s’est précipité sur eux, tout sourire, en secouant son torchon rose pâle, pour leur proposer de choisir la table qu’il voulait. Madame, pour sa part, a encore redressé son port de tête, se pensant sans doute protégée par son allure altière…. Monsieur, sans voix, a désigné d’un doigt tremblant une petite table dont une chaise était coincée entre la devanture du restaurant et le mur. Il s’est faufilé à cette place, toutes fesses serrées et lèvres pincées à l’extrême.

Quand Madame est revenue des toilettes son brushing avait perdu de sa superbe… Manifestement elle avait mal vécu les préservatifs en distribution libre et gratuite à droite de la porte….

Monsieur, lui, oscillait entre le verdâtre et le blanc pur…. Quand le tenancier du coin a encaissé un couple en fredonnant d’une voix de fausset « Je t’aime comme un fou, je t’aime comme un fou, ouh ouh », le refrain de la chanson qui passait à ce moment-là à la radio, Monsieur a carrément frôlé la syncope. Il parcourait nerveusement, à grands coups d’oeil affolés, la salle, cherchant quelque chose qui pourrait le rassurer un chouia.

Le dino que je suis avait toutes les peines du monde à dissimuler son fou rire.

La girafe, tout en dégustant son saumon grillé, a parfaitement résumé la situation: « ils sont en train de découvrir ce que c’est que de ne pas être la norme! » C’est bien simple, j’ai failli en recracher ma gorgée de café en explosant de rire…

Notre gentil couple BCBG a mangé à la vitesse de l’éclair, il a littéralement jeté quelques billets sur la table pour payer son écot et  a fui à toutes jambes ce lieu de perdition, tellement vite que Monsieur en a manqué se vautrer en sortant… il avait manifestement oublié qu’il y avait une petite marche  pour quitter le restau… Le tout sous l’oeil imperturbable du patron, qui n’a même pas esquissé un sourire moqueur, le saint homme.  Bon, par contre, c’est confirmé (s’il y en avait besoin), le dino n’est pas un être très charitable parce que moi je pleurais de rire sur mon dessert!

 

 

 

Publicités
Cet article a été publié dans En marge de la savane..... Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Quand la norme devient l’exception…

  1. alainx dit :

    Donc vous vous y sentiez bien !

  2. Anne dit :

    C’est si bien décrit! On s’y croirait… Pauvres gens! Ils n’ont même pas profité de leur repas.

  3. Cassy dit :

    Le retour au bercail n’a pas été trop dur? Dans quelques jours la rentrée, bon courage à toutes les deux 🙂

  4. Ariane dit :

    Un seul mot : c’est bien fait !
    J’ai du mal comprendre qu’on soit mal à l’aise parce que les dîneurs sont gays mais, visiblement, ces pauvres gens n’ont pas compris grand chose à la vie. Au nom de mon ami Nicolas qui ne peut pas tenir la main de son copain sur la plage sans se faire insulter voire menacer, je dis bravo à cette initiative. Ici, il y a un restau « gay friendly » et mes enfants ne comprennent pas pourquoi tellement c’est naturel pour eux. La prochaine génération sera donc, peut-être, différente.

  5. Anne dit :

    Z’en êtes où les filles? Rien sur la prérentrée?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s