Y’a des soirées comme ça…

Tu commences ta soirée en appelant Grand-Maman Dino pour prendre de ses nouvelles. . En moins de 30 secondes elle te flingue le moral, vite fait bien fait.

“Ah bonjour, ma chérie! Alors, le cartable est prêt? Parce que bon, la reprise est là hein, ma pauvre chérie!”

En même temps comment pourrais-je l’oublier vu que depuis le 14 juillet à CHAQUE FOIS que je l’ai au téléphone, Grand-Maman Dino prend un malin plaisir à me rappeler que les vacances ne sont pas éternelles et sont bientôt, très bientôt finies!

Tu essaies de rebondir en parlant du sujet favori des personnes âgées: le temps….

Raté! Grand-Maman Dino qui s’est plainte tout l’hiver du temps froid, humide et gris qui était déprimant, mauvais pour ses articulations et son moral se lamente désormais sur le beau temps, sur ce foutu soleil qui l’aveugle quand elle sort et sur cette chaleur qui l’épuise et l’empêche de sortir…..

En petite-fille courageuse tu t’enquiers de savoir si elle a eu des visites depuis ton dernier coup de téléphone…

Encore raté! Dans la même phrase Grand-Maman Dino arrive à se plaindre de cette immense solitude qui la  tue à petit feu ET de la visite de Cacatoès-Rigide qui a duré trop longtemps et qui donc l’a épuisée… “Non, mais il ne se rend pas compte, je n’ai plus vingt ans, moi, ça fait déjà bien longtemps que je ne devrai plus être ici (traduction: en vie! )”

Quand j’ai raccroché je devais avoir une drôle de tête parce que la girafe m’a proposé d’appeler elle-même Grand-Maman Dino la prochaine fois, histoire que je puisse souffler un peu et renouveler mon stock d’énergie positive…

Pour se requinquer nous avons décidé de regarder un polar à la télé… Les nouvelles saisons reprennent, on nous annonce pas moins de 3 inédits à la file, il faut en profiter, pas de réveil pour nous extirper du lit le lendemain ( mais plus pour longtemps, nous le savons bien grâce à Grand-Maman Dino). Nous nous calons confortablement sur le canapé, un bon café en main. Et vogue la galère!

Fin du premier épisode, un hululement répétitif déchire la nuit.

La girafe grogno-soupire (nouveau mot que je viens d’inventer là, à l’instant, comme ça… ): “Il va descendre éteindre l’alarme de sa voiture ou quoi?!”

Le hululement s’arrête pile pour le démarrage du deuxième épisode.

Le portable du dino se met alors à vibrer frénétiquement. Sur l’écran s’affiche le numéro de Perroquet-pas-Pipelet, le voisin du dessous, absent depuis quelques temps pour cause de travaux de rénovation sans fin dans son appartement.

– Bonsoir madame Dinosaure!

-Bonsoir monsieur Perroquet pas Pipelet

– Vous avez entendu l’alarme?

– Ah c’était la votre! Nous avons cru que c’était une voiture.

– Non, c’est la notre. Ca vous ennuierait d’aller jeter un coup d’oeil?

– Non, pas du tout. C’est normal entre voisins, j’y vais tout de suite.

Après avoir vérifié que la porte d’entrée était intacte, je pousse jusqu’à l’extérieur pour faire le tour des balcons. Les géraniums sont toujours là, au garde-vous, rien n’a bougé. J’en informe Monsieur Perroquet-pas-Pipelet pendant qu’un autre voisin, Petit Nid d’Alouette, transmet au même moment exactement les mêmes informations à Perroquette-Pipellette qui ensuite en demande confirmation à la girafe….

Un bon quart d’heure plus tard Petit Nid d’Alouette et moi-même finissons par arriver à raccrocher. Avec la girafe nous rejoignons nos pénates, accompagnées par le retour du hululement répétitif de l’alarme manifestement déréglée de nos chers voisins.

Sur le seuil de notre nid nous tombons sur Coeur de Mésange, notre voisine, qui se demande ce qui se passe. La girafe la briefe rapidement, le hululement finit par s’arrêter, et Coeur de Mésange décide de sortir son chien. Elle claque la porte de son appartement, se retourne, regarde les clés qu’elle a dans les mains et annonce, très calme: “Ah ben zut, j’ai pas pris les bonnes!”

Coeur de Mésange est donc à la porte de chez elle…. Il est près de 23h…. La girafe lui propose de passer par notre balcon pour rejoindre son propre balcon et ainsi rentrer chez elle puisque, tout n’est pas perdu, elle a laissé ouverte la porte de la pièce donnant sur le balcon….

Sauf que les deux balcons sont symboliquement séparés par un treillage en bois.

Un truc comme ça:

treillis-extensible-en-bois-50-x-150-cm_FR_100_0011293

Coeur de Mésange a beau être fine, elle ne peut pas passer… Le dino a donc sorti la trousse à outils, la lampe de poche (puisque l’ampoule du balcon a grillé depuis quelques temps et que je n’ai toujours pas pris le temps de la changer! ) et a démonté le treillage pendant que la girafe papotait avec Coeur de Mésange et que le hululement strident reprenait (toutes les 20 minutes à peu près…. jusqu’à ce que la famille Perroquet arrive pour désactiver leur p**** d’alarme en folie!).

Quand l’alarme a cessé de se manifester à intervalles réguliers et que Coeur de Mésange a réintégré ses pénates sans avoir eu à faire appel à un serrurier qui lui aurait coûté un bras, le deuxième épisode était fini et le troisième bien entamé….

Nous avons éteint la télé et sommes parti nous coucher…

Y’a des soirées comme ça….

Publicités
Cet article, publié dans En marge de la savane...., est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Y’a des soirées comme ça…

  1. Anne dit :

    Bonne rentrée, mesdames. Y’a des collégiens qui ont bien de la chance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s