En vacances avec Pierre Richard…

Toc-toc-toc, y’a encore quelqu’un qui traîne dans les parages?

La girafe et le dinosaure sont de retour… et la girafe a gentiment fourni au dino de quoi écrire un petit post sur ce blog qui depuis quelques semaines ressemble plus au désert des Tartares qu’aux Champs-Elysées un jour de feu d’artifice….

Nous sommes donc partis en vacances et cette année, exceptionnellement, nous sommes restées en France. Un petit trajet en train, tu te dis que ça limite les risques quand tu voyages avec Pierre Richard (camouflé en girafe)…. et bien non….

A l’aller la girafe a commencé par sereinement démonter les chevilles d’une ou deux personnes dans le métro…

Une fois arrivée sur son lieu de villégiature elle a décidé de se lancer un défi: accumuler le maximum de bleus et de contusions diverses et variées en un minimum de temps.

Nous avons donc eu droit à un festival de ouille, aïe et autre “mais ça fait mal”.

Et la girafe est vraiment très ,très performante dans ce domaine.

L’autre soir, en moins d’une heure elle s’est meurtrie une hanche contre l’étendoir à linge pourtant placé au même endroit depuis plus de 24 heures (certes, la pièce à vivre de notre location n’était pas énorme, mais quand même), a judicieusement omis de lever le pied pour entrer dans la salle d’eau et s’est donc fracassé le gros orteil sur la mini-marche menant à ladite salle d’eau, s’est ensuite frottée avec une ardeur excessive au tabouret de bar (et un superbe bleu en haut du bras) avant, pour finir en beauté, de manquer se tuer en s’asseyant tout au bout du banc qui a donc basculé….

Je te jure, ami lecteur, que je n’exagère pas….

Le lendemain, nous sommes allé nous baigner, dans l’océan….

Et la girafe s’est fait surprendre par une vague plus puissante que les autres qui a trouvé super sympa de passer l’animal à l’essoreuse. Sortie de la vague, la girafe a tendu une main implorante au dino.

“J’ai à peine eu le temps de lui dire: Attention, y’en a une deuxième!” qu’elle repassait dans l’essoreuse. J’ai récupéré une pauvre chose, au maillot rempli de sable (c’est bien simple, elle avait facilement pris deux bonnets de soutien-gorge) et avec un coude superbement râpé.

Mais la girafe, en animal qui sait ménager ses effets, a attendu la veille du départ pour réaliser son plus bel exploit.

Cet été les vacances se passaient en bord d’océan. Et pour notre dernier jour sur place nous avions décidé de faire une belle promenade longeant les côtes,  5 km la promenade hein…. Bien entendu, le dino que je suis est parti avec son appareil photo, et la girafe lui a réclamé des photos de vagues déferlant sur le rivage.

On avait dû faire 2 malheureux kilomètres quand j’ai avisé une digue qui se finissait par un magnifique assemblage de rochers sur lesquels les vagues venaient se fracasser avec une superbe qui était ni plus ni moins qu’un appel à la photo.

– La girafe, on va faire un tour sur la digue pour que je prenne des photos?

– Oh oui, je veux bien!

Quand j’ai mis un pied sur la digue j’ai pu constater qu’elle était humide (les vagues quoi…) et que donc ça glissait un peu. Prévoyant, j’en avertis la girafe: “Fais attention, ça glisse.”

“Oui, oui, ne t’inquiète pas” qu’elle m’a répondu, environ 30 secondes avant que j’entende un grand boum et que la totalité des gens sur la digue se retournent, complètement paniqués.

La girafe avait glissé…. et était étendue de tout son long, jupette à moitié retroussée, sur la digue, lunettes de soleil de traviole et souffle court.

Stoïque, j’ai commencé par ramasser son sac qui avait volé avant d’aider mon animal favori à se relever. “Pas tout de suite” a-t-elle soufflé alors que je l’avais empoigné de mes bras vigoureux (oui, je me la pète un peu… et alors, c’est mon blog non?)

“Cheville?” (la girafe, en plus de son petit côté Pierre Richard, a une tendance à l’entorse de cheville à répétition )

“Non, hanche….”

J’ai réparé les lunettes de soleil pendant qu’elle reprenait son souffle, l’ai aidé à se relever,le tout sous l’oeil terrorisé des personnes présentes sur la digue, ai remis sa jupette en place, histoire de ne pas au choix choquer le chaland ou faire plaisir au premier mec prêt à mater, ai enlevé du mieux que je pouvais les algues accrochées à son T.Shirt et ai écarté la ceinture de la jupe (wouah…. ça devient chaud brûlant cette histoire! Eloignez les enfants s’il vous plaît! ) pour mesurer l’ampleur des dégâts….

Voyez l’Australie? Ben sur la hanche de la girafe s’épanouissait un superbe bleu de la taille de l’Australie que réhaussait une non moins superbe éraflure.

Bilan des opérations: la girafe avait mal quand elle marchait trop vite, la girafe avait mal quand on lui effleurait la hanche, la girafe avait mal quand elle éternuait, la girafe avait mal quand elle riait, la girafe avait mal quand elle se remettait en route après une pause, la girafe avait mal quand elle restait un moment debout et sans bouger….. Et le lendemain, nous prenions le train du retour avec chacune une valise bien lourde et un sac à main…

Je ne vous raconte pas les grimaces de douleur de la girafe quand il a fallu slalomer dans les couloirs du métro parisien au milieu de parisiens pressés et bousculant toute personne qui n’avait pas opté pour le pas de course…

Et qu’on ne vienne pas me dire que j’aurais pu aider l’animal, elle a refusé que je la décharge de quoi que ce soit!

Qu’on se le dise, je vis avec Pierre Richard, mais avec un Pierre Richard AUTONOME!

Publicités
Cet article, publié dans On the road..., est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour En vacances avec Pierre Richard…

  1. amanda dit :

    Je suis étouffée de rire ! Quel sacré duo !

  2. Shakti dit :

    Je suis sûre que, si elle devenait lisse et sans chûtes, tu t’ennuierais….
    Enfin, j’espère qu’elle se remet quand même !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s