Lettre à madame la ministre

Chère Najat (vous permettez que je vous appelle Najat hein… vu le peu de considération que vous me manifestez, j’avoue avoir du mal à vous donner du “madame la ministre”…),

Je regarde avec tristesse et désespoir les annonces concernant votre réforme tomber les unes après les autres.

Je constate avec une amertume certaine que de tous les bords on proteste contre cette réforme… et que vous ne bronchez pas, plantée sur vos certitudes.

Je suis professeur de lettres classiques, je suis fière de l’être… enfin j’étais… parce que voyez-vous , en plus des lourdes inquiétudes que j’ai concernant la place (ou plutôt l’absence de place) faite au latin et au grec dans votre réforme, j’ai découvert en remplissant le questionnaire-alibi que vous avez envoyé aux enseignants pour nous demander notre avis (que vous ne prendrez probablement pas en compte…) sur une réforme qui est déjà faite que je n’existais plus en tant que professeur de lettres classiques… J’avoue, je l’ai mal vécu….

Rayé d’un coup de plume, le professeur de lettres classiques… et avec lui le professeur de lettres modernes… Nous sommes devenus, sans que quiconque n’ait pris la peine de nous en informer, “professeur de français,  langues et cultures de l’Antiquité”… Je ne suis pas un agneau de l’année, je savais déjà le peu de considération que la société et mon employeur avaient pour les enseignants, mais là, voyez-vous, j’ai eu l’impression d’être purement et simplement niée….

Si on ajoute à cela que dans cette consultation sur les programmes, dans les documents fournis,  à aucun moment le latin et le grec n’apparaissent… et que dans la réforme l’avenir des langues anciennes est plus que flou… voire révolutionne les mathématiques ( je cherche encore comment les élèves peuvent ne pas perdre d’heures de latin quand ils passent de 2 +3 +3, soit 8h, à 1+2+2, soit 5h…. chez moi 8 n’est pas égal à 5 ,et donc en toute logique les élèves perdraient 3 heures, soit l’équivalent d’une année dans le système actuel), j’ai purement et simplement l’impression d’être prise pour une imbécile, dénuée de tout esprit de réflexion.

Et je n’aime pas ça! On nous répète à tout va qu’il faut respecter les élèves, qu’il faut leur enseigner le respect de l’autre et des différences, et notre employeur nous crache à la gueule avec une régularité de métronome… Y’a comme un problème là….

Et le pire dans toute cette histoire, c’est que quand je sors de mon pré carré des langues anciennes, et que je jette un coup d’oeil aux langues vivantes, j’assiste au même spectacle désespérant….

Sous un faux prétexte égalitaire on nivelle par le bas à tout va.

En quoi est-ce que ça pose problème que les élèves qui le souhaitent et qui en ont les capacités intellectuelles puissent en faire un peu plus que ceux qui ont plus de difficultés?

En quoi ce que les uns ont nuit à ceux qui ne l’ont pas ou ne souhaitent pas l’avoir?

On ne peut donc plus viser l’excellence sans se faire taxer d’élitiste inégalitaire?

J’enseigne en REP, et si la politique locale ne s’en était pas mêlée il est plus que probable que j’enseignerais en REP+, à la Tanière nous avons un taux de boursiers à faire frémir, d’autant que la plupart des élèves ne sont pas des “petits” boursiers, le trio assistante sociale- infirmière – conseiller d’orientation croule sous le travail, les emplois du temps aménagés sont légion, et pourtant nous avons des 6emes bilingues depuis des années, nous avons des latinistes, nous nous démenons comme des forcenés pour proposer des voyages scolaires à nos élèves…. y compris à ceux qui n’ont pas d’argent….  et ce que vous taxez de sections élitistes est ouvert à TOUS les élèves qui le souhaitent, et nous ouvrons ainsi les horizons de ces enfants!

Et vous, pour faire des économies, sous prétexte d’égalité, vous voulez priver de nourritures de jeunes cerveaux qui ne demandent qu’à être nourris….

Honte à vous, madame la ministre!

Honte à vous de sacrifier l’éducation sur l’autel de l’ambition politique et de l’économie!

Honte à vous de sacrifier des générations entières!

Et après, vous viendrez vous plaindre que la société française va mal!

Vous nous ôtez lentement mais sûrement, avec une froideur terrifiante, tout moyen d’apprendre à nos jeunes têtes à réfléchir par elles-mêmes, à penser par elles-mêmes…

Jules Ferry doit se retourner dans sa tombe…

Publicités
Cet article, publié dans Coups de gueule et de griffe, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Lettre à madame la ministre

  1. Shakti dit :

    Tu devrais lui envoyer en vrai, même s’il es probable que ça se perdrait dans la masse (ou qu’on le ferait se perdre…) ! C’est tellement désolant ce qui se passe.
    Dans mon petit bled (- de 3000 hab), le principal du collège, en plus des réformes et autres décisions à la con des dirigeants qui ont perdu le contact avec la réalité, se heurte à l’immobilisme, à la peur du changement des parents et à une capacité de réflexion à long terme de ces mêmes parents inexistantes.
    Et comme en plus, pour beaucoup, l’ambition suprême, c’est de trouver un job dans un rayon de 5km (et autant te dire qu’au fin fond du Sud-Ouest, ce n’est pas gagné), et que beaucoup n’ont pas dépassé le lycée, je suis sûre que la plupart n’y verront aucun souci à toutes ces réformes.
    Mon fils entre au collège dans 2 ans, (donc demain), et j’attends de voir ce qui va vraiment être mis en place avec une certaine inquiétude.

    Quant à l’enseignement du français et des langues anciennes ou modernes en France, il y aurait tellement à dire. Juste un exemple : je suis linguiste de formation et à la fac, dans une de mes deux langues, j’avais 2 profs français (tous les autres étaient des natifs). Et bien, je servais de dictionnaire à l’un d’eux et l’autre avait un accent français dingue, en fac ! Alors certes, je suis partie une année scolaire au-pair entre le bac et la fac, mais tout de même, en fac !

    En attendant, courage !

  2. Je suis petite fille de Hussards de la République, fille, soeur, mère, belle-mère, nièce, cousine d’enseignants. Laïcarde engagée, et pourtant ma fille, avec beaucoup de précautions, au vu de cette réforme et de celles qui l’ont précédée, m’a annoncé qu’il était possible que ses enfants ne fréquentent pas l’école publique.

    Bon courage.

  3. je ne peux qu’abonder dans ton sens Mad,je rajouterais seulement « c’est Mozart qu’on assassine » et depuis des années, sous prétexte d’égalité, sous prétexte de n’oublier personne et de ne vexer personne, on se liquéfie dans un jus sirupeux de médiocrité consensuelle. On justifie des décisions économiques et politiques par des pseudos théories. Oui il faudrait réformer le collège mais par le haut et non pas par le bas, mais pour cela il faudrait effectivement que ton employeur le veuille, qu’il soit capable de soutenir des initiatives individuelles autrement qu’en disant « démerdez-vous je ne veux rien savoir » et qu’il redonne un réel pouvoir et une réelle autorité aux enseignants, la réforme actuelle prévoit, je crois plus d’autonomie pour les collèges et les enseignants qui le souhaitent, j’ai peur que cela revienne à dire encore une fois « débrouillez-vous ». Je te souhaite tout le courage possible pour continuer le travail que tu accomplis tel un sacerdoce, je suis triste de voir ce qui se passe et de me dire qu’aujourd’hui c’est la Gauche qui fait ce sale boulot!

  4. Cassy dit :

    Je suis totalement, entièrement, fermement, absolument, désespérément d’accord avec toi !

  5. alainx dit :

    Pour ma part, qui ne suis pas prof, il y a lurette que j’en ai perdu mon latin avec toutes ces réformes. Je n’ai aucune opinion sur les changements envisagés, je sais seulement que l’Education Nationale me coûte bonbon en impôts, pour des résultats nullissimes, que la France est dégringolée au 25° rang dans le monde au classement Pisa, pis ça ils s’en tapent, et même l’ambition de Najat (de café) et de la voir encore descendre dans les abysses, car la gauche ne connait et ne sais faire que ça : la descente aux abysses ….

    sinon je relève une erreur de mot : tu as écrit :
    « que vous ne prendrez probablement pas en compte »…) Je suppose que tu voulais dire « CERTAINEMENT PAS en compte », ce qui est plus conforme à la réalité…. Là je sais de quoi je koze, ayant fréquenté un certain cabinet ministériel…. Les « enquêtes » n’étaient même pas dépouillées : « pensez ! on n’a personne pour le faire et puis « le Premier » (comprendre le premier ministre) , a déjà tranché…. »
    Là j’ai réalisé que j’étais vraiment un jeune con d’y avoir cru….

    Merci d’avoir joué ! ….

  6. Sabine T dit :

    Ta lettre devrait être publiée dans tous les médias !!
    Comment osent-ils détruire l’école de la République de cette façon !
    Notre inspectrice de circonscription a demandé en début d’ année scolaire lors d’une ( de ces innombrables et inutiles) réunion Cm2-6ème de ne surtout pas « creuser les écarts » de « ne pas trop tirer les bons élèves vers le haut ». J’en suis restée bête ! Je vois qu’elle tirait ces mots (textuels et véridiques) de sa supérieure !
    Alors on abandonne les bons élèves au néant et on ne cherche plus à aider les autres à découvrir de nouveaux horizons ! Je crois qu’ils prévoient une guerre et pour cela ils produisent tout simplement de la chair à canon. N’apprenons surtout pas aux futurs citoyens à réfléchir !! Je ne vois que ça comme explication !

  7. pascale dit :

    Malheureusement, je suis, moi aussi, tout-à-fait et complètement d’accord avec toi…

  8. Béatrice dit :

    On savait que c’était dans les tuyaux depuis de nombreuses années. Quand j’ai débuté déjà, il y a 18 ans, on commençait à parler de ce genre de trucs… C’est venu petit à petit, insidieusement. J’espérais que ça resterait à l’état de fantasme… mais non. Il fallait bien que ça soit fait. L’Europe en a rêvé, Najat l’a fait. Et elle s’y accroche, soutenue qu’elle est par Papa Hollande et Tonton Valls. Ta lettre est géniale mais comment faire pour qu’elle (et tant d’autres publiées ici et là) ait un impact ? N’est-ce pas trop tard ?

  9. Anne dit :

    C’est une belle lettre! Sur une vraie souffrance…

  10. alainx dit :

    Nadjat, Ministre de l’Educ Nat
    au
    Dinosaure, professeur de lettres.

    Votre lettre a retenu toutes mon attention.
    si, si, je vous assure.
    Pour une fois que je peux lire ce que dit un prof ! Je ne vais pas m’en priver….
    voyez vous on m’avait dit au Ministère que les profs existaient encore en vrai.
    Pour ma part je n’ai pas eu la chance d’en rencontrer récemment et même depuis longtemps d’ailleurs. Ça doit remonter au temps de mon certificat d’études.
    Voyez vous je ne puis aller sut le terrains comme on dit, vu que j’ai des réunions et des conseils de ministres à tout bout de champ. Faut me comprendre.
    En plus j’aurais pu être Ministre des Transports, où des anciens combattants, ou de l’agriculture, ou de l’aménagement des Parcs à huitres dans le Bas Quercy, mais non… on m’a filé l’Educ Nat dont personne ne voulait.
    Comme tout bon ministre j’y connais rien et je me fie à mes excellents collaborateurs et fonctionnaires qui sont ici depuis 75 an pour les plus jeunes…. Ils me disent ce que je dois faire et dire et je lis le tout au micro à l’Assemblée, où, soit dit en passant on bouffe comme c’est pas permis…..

    Donc voila
    Merci de votre lettre fort intéressante. Je n’y ai pas compris grand chose, mais ça c’est normal, je suis Ministre…..

    Mes amitiés à vos élèves s’ils viennent encore ne classe évidemment….
    (il y a surement des courageux…)

    Nadja La Belle qu’assène.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s