“Des apophyses irritées” qu’il a dit!

Petit Lion a renvoyé la girafe dans ses pénates à grands coups de pied (virtuels, je te rassure, ami lecteur) dans les fesses, secondé par madame Guêpe.

Pourquoi?

Oh ben, parce que la girafe avait la démarche alerte d’un piquet métallique couvert d’une bonne couche de givre et qu’elle se trouvait incapable de s’extraire toute seule du fauteuil dans lequel elle venait de se laisser tomber en étouffant tant bien que mal ( et plutôt mal que bien, il faut le reconnaître) un gémissement de douleur, gémissement qui s’est purement et simplement transformé en glapissement quand Orignal Songeur en se penchant pour saluer l’animal a fait l’ énoooooooooooooooorme erreur de lui effleurer l’épaule….

Il semblerait que madame Guêpe, qui a ramené dans son bolide la girafe jusqu’à son domicile, ait susurré quelques mots doux à l’animal au long cou quant au poids de son cartable… Sans doute est-ce parce qu’en le prenant d’autorité des mains de la girafe madame Guêpe a failli y laisser un bras, tant le poids du cartable a violemment tiré son bras vers le sol (force et puissance de la gravité me direz-vous…)

Bref, il fallait de toute urgence qu’un spécialiste prenne les choses en main.

Et Panda-Agile a surgi, avec ses mains de rêve, son sourire ravageur et ses diagnostics poétiques: “Z’avez les apophyses irritées, m’dame girafe!” qu’il a dit…

Quand, après un long marathon de rencontres avec des géniteurs de gnous, j’ai récupéré la girafe chez Panda Agile, elle avait le sourire béat d’un fumeur d’opium qui vient de découvrir une nouvelle variété très efficace de sa drogue favorite.

Elle marchait presque correctement… et elle était en train de fixer un nouveau rencard à Panda Agile…

Là, voyez-vous, j’oscille entre deux états d’esprit: le soulagement (la girafe a nettement moins mal et semble moins raide) et l’inquiétude (elle envisage de voir Panda-Agile tous les deux jours et à cette perspective arbore le visage rayonnant du bonze qui a atteint le nirvana de la méditation…)

D’un autre côté, si je reste positive, j’ai appris un nouveau mot aujourd’hui: “apophyse”.
Je me demande bien comment je vais pouvoir le recaser dans une discussion par contre.

Publicités
Cet article, publié dans En marge de la savane...., est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour “Des apophyses irritées” qu’il a dit!

  1. roqi dit :

    C’est madame Apophis, la déesse des cartables, elle aussi elle est méchante. Faut juste trouver des egyptophiles débutants.

  2. Anne dit :

    Il ne reste plus qu’à acheter une valise à roulettes ou à prendre un abonnement chez Panda-agile!

  3. la girafe dit :

    Vu tout ce que je trimbale, j’envisageais plutôt l’animal de bât… Je me disais : le chameau, c’est pas mal (c’est sobre), mais d’un autre côté, si j’investis dans une vigogne, j’aurai de quoi tricoter… Des suggestions ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s