Gestion ?

Ca fait un peu plus de 10 ans que j’enseigne.

Durant ce laps de temps, j’ai connu :

  • le dino. Capable de réexpliquer 15 fois. De 15 façons différentes. De monter un projet / chercher des solutions / appeler à l’aide toute la batterie de pro dispo dans la Tanière si elle ne trouve pas d’explication à l’incompréhension persistante du gnou. Tout ça sans cesser d’encourager / épauler / rassurer le poulbot en question.

 

  • Maman Loup. Qui a l’habitude de revoir l’ensemble de ses progressions tous les ans. S’efforce de varier les supports / sujets / moyens d’étude. Adapte ses supports à toutes les particularités possibles et imaginables.

 

  • Hérisson-Rêveur. Qui peut s’asseoir devant toi pour te sortir un truc comme : “Il faut que j’enregistre Glycine-Camomille pendant l’heure de soutien ; j’ai vraiment besoin de comprendre pourquoi elle comprend rien parce que sinon je ne comprendrai jamais comment arriver à lui faire comprendre quelque chose !”

 

  • Castor-Croqueur-de-Culture. Qui exige que ses gnous fassent tous les efforts possibles. Ses gnous l’appellent “tonton”. C’est dire s’ils lui en veulent.

 

  • Orignal-Songeur. Capable de se lancer dans des élevages pléthoriques d’insectes ou de déménager l’intégralité de sa batterie de cuisine pour faciliter la création de sténopés qui permettront aux gnous “d’assister” à l’éclipse sans y laisser leur rétine.

 

  • Miss Earl-Grey-Fleur-de-Lotus. Qui essaie TOUS, mais alors TOUS les moyens qu’elle connait pour convertir les gnous à la langue de Shakespeare. Quand ça ne marche pas, elle invente autre chose.

 

  • Miss Chocolate-Fudge et Miss Colibri-Arc-en-Ciel. Qui bouillonnent d’idées et de projets.

 

Mais j’ai connu aussi :

  • Le collègue qui peste en conseil de classe parce :” Y foutent pas grand-chose, quand même, dans cette classe !” mais n’a surtout pas l’honnêteté –ou le minimum de logique- qui consisterait à s’appliquer à lui-même les exigences qu’il prétend avoir pour les gamins.

 

  • Celui qui a la classe 4 heures par semaine et UNE note dans le trimestre. Voir pas de note du tout. Mais pas de problème, il suffit de recopier les notes du trimestre précédent. Ca passe tout seul. Si, si, hélas…

 

  • Celui qui se vante publiquement de n’avoir JAMAIS EMPORTE UN PAQUET DE COPIES CHEZ LUI EN 20 ANS DE CARRIERE. Ah bon, les heures de cours ne sont pas faites pour corriger DEVANT les gamins priés de rester bras croisés et de se la fermer ? Ah… Ben on lui avait pas dit. En même temps, il ne lui reste que 15 ans à faire, c’est plus la peine qu’il change maintenant…

 

  • Celui qui sèche systématiquement TOUTES les réunions. C’est beau d’avoir des principes.

 

  • Celui qui est devenu prof par défaut / raccroc / hasard, DETESTE ça et le répète à longueur d’année scolaire. Malheureusement pour toi, y a manifestement quand même des choses qui lui plaisent (genre la sécurité de l’emploi, la paye régulière, le CDI, les vacances) et donc il n’envisage pas de partir bosser ailleurs. Juste de continuer à te casser les pieds et de pourrir la vie des classes qu’on lui confie avec angoisse.

Bref, comme tous les profs, j’ai connu des boulets. Ceux que tu trembles de retrouver dans ton équipe pédagogique parce que tu sais d’avance que tu devras servir de tampon entre des parents furieux / déboussolés / effrayés et le boulet en question (qui s’en fout). Ceux à qui on épargne systématiquement certains niveaux parce qu’ils sont tellement peu efficaces qu’on craint pour la poursuite d’étude des gnous. Ceux à propos de qui on te dit : “Ah oui, Mââme Girafe, je comprends bien… M’enfin, vous savez bien comment c’est, avec M. X… Et puis, il faut rester positif, il y a du progrès par rapport à l’an dernier…” (Traduire : il vire  10 élèves par semaine au lieu de 15 )

Je n’ai jamais été confrontée à un collègue capable de perpétrer les horreurs qui ont été commises dans une école primaire dont on parle en ce moment dans les médias, et j’espère très sincèrement que ce ne sera jamais le cas. N’empêche qu’il est urgent que le Mammouth se trouve un dico, cherche le sens de l’expression “ ressources humaines”, et revoie sa (non) gestion du personnel.

Parce que tout le monde en a ras le cocotier, là. Y compris une bonne partie du personnel en question.

Publicités
Cet article, publié dans Coups de gueule et de griffe, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Gestion ?

  1. Anne dit :

    J’adhère totalement à ta description, à ton analyse, à ta réclamation!!! Les branches pourries, fragilisent tout l’arbre!!! C’est dommageable pour l’éducation nationale mais surtout c’est très toxique pour les élèves!!! Certains, beaucoup trop, en gardent des cicatrices indélébiles…

  2. la girafe dit :

    Merci, Anne… Malheureusement, quand je fais remarquer qu’on en a un peu ras le képi d’essayer de pallier aux incompétences des quelques indécrottables, on nous répond en général « on ne peut rien faire ». J’en ai vraiment assez de cet aveux d’impuissance…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s