Le féminisme n’est pas mort (et il croque des licornes)

Suite de la balade au pays des contes, initiée dans les copies des mini-gnou :

“La vilaine marraine enleva le gentil prince et le séquestra tout en haut de la plus grande tour du château. Alors la princesse escalada les hauts murs. Elle se glissa dans la tour, démolit la porte et libéra le prince. Puis elle l’embrassa et l’emmena dans son palais où elle l’épousa”

Rassurez-vous, je pense c’est le prince qui a fini par porter la culotte, dans le ménage… Mais c’est probablement aussi lui qui la lavait et la repassait…

Publicités
Cet article, publié dans Le collier de perles de la Tanière, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Le féminisme n’est pas mort (et il croque des licornes)

  1. Anne dit :

    Rohhh! C’est GI Jane!!

  2. allezzou dit :

    J’aimerais bien voir la silhouette de cette princesse-là !
    🙂

  3. la girafe dit :

    Moi, j’aimerais bien l’avoir, cette silhouette ! (enfin… A condition qu’elle ne soit pas trop carrée, j’ai l’impression qu’elle ressemble un peu à Rambo dans l’esprit du gamin !)

  4. Shakti dit :

    C’est un gnou femelle ou un gnou mâle qui a écrit ça ?
    Si c’est une fille, au moins, on peut supposer ou espérer qu’elle ne se laissera pas marcher sur les pompes, et si c’est un garçon, on peut supposer ou espérer qu’il est sorti de l’image cromagnonesque du mââââle bête et méchant !
    En tout cas, je trouve ça super drôle comme récit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s