Être ou ne pas être…

Mes grands gnous latinistes planchent sur des citations latines.

Soudain, Grand Berlingot Souriant lève la tête, me fixe et me demande: “M’dame! en fin d’année on pourra vous faire un câlin?”

J’avoue, j’ai un chouia accusé le coup. Jouer les mamans de substitution avec des mini gnous ça ne me surprend pas trop, mais des grands en pleine crise d’ado, assaillis par les hormones et qui se la jouent en permanence adulte autonome et indépendant, qui viennent réclamer un câlin…

Surpris le dino, quoi!

Et je vous raconte pas ma tête quand toute la classe a renchéri “ oh oui, m’dame, oh oui, m’dame, en fin d’année on pourra tous se faire un câlin?”

Je n’ai pas eu le temps de les rassurer et d’accepter. La voix de Petite Hirondelle Mélancolique a réussi à passer par dessus le choeur de ses camarades: “Oui, mais vous, vous êtes pas tactile, ça se voit à votre tête!!!”

Être ou ne pas être tactile, telle est la question!

Bon, je vous rassure, les gnous en êtres plein de ressources ont trouvé une solution, très simple!: en fin d’année on se fera tous un gros câlin, eux, moi et la girafe parce qu’elle, elle est tactile (ça se voit à sa tête et à sa capacité, gigantesque, de donner des surnoms stupides mais affectueux à ses gnous)!

Publicités
Cet article, publié dans La douce jungle de la Tanière, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Être ou ne pas être…

  1. Ariane dit :

    Ils ont du vocabulaire ces petits (euh, ces grands). J’ai lu un billet à mon ami le prof de pipeau et il a dit que les siens ne sauraient pas ce que « négligé » veut dire. Peut-être même pas « coquet ». Soupir !

  2. Pomme dit :

    Roh, ils sont trop mignons ces grands gnous !

    Ça me rappelle ma première année comme animatrice en centre de loisirs. On avait organisé deux nuitées (dormir en tente avec les copains, la grande aventure) : une pour les 6-10 ans et une pour les 10-14 ans la semaine suivante. Pas un câlin avec les petits pourtant relativement pots de colle en journée et la semaine suivante impossible de coucher les grands qui jouaient aux durs habituellement sans avoir fait au moins deux tournées de bisous/câlins ! L’animatrice débutante que j’étais n’en revenait pas. C’était plus nuancée les années suivantes, mais c’est toujours les grands qui réclament le plus de câlins finalement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s