La valeur n’attend pas le nombre des années

Ce qu’il y a de bien avec les vacances, c’est qu’on peut passer un peu de temps avec des collègues sympas en débattant d’autres sujets que de la dyslexie de Clothilde-Clochegourde ou de la tendance légèrement irritante qu’à Pierre-David-Delalouche à traiter ses camarades femelles de tepu en puissance.

C’est comme ça qu’il y a deux jours, on s’est retrouvées, le dino et moi, dans la terrier de Castor-Croqueur-de-Culture, autour d’un thé, d’un café et de l’ordinateur du dino que le Castor, mélomane à ses heures, voulait charger d’une confortable réserve de musiques nouvelles.

Il a enclenché sa propre bécane et nous sommes parties à la découverte d’un véritable continent musical : pas moins de 2500 morceaux et chansons variés, sans compter ses compositions personnelles.

Un délice.

On a commencé pénard, entre gens de culture et de bonne compagnie (Brel, Brassens, Barbara), avons traversé plusieurs continents (Ah… Springsteen, mon amour…), un certain nombre de décennies…

Et puis je ne sais pas, à un moment, toute cette élégance langagière est partie en sucette.

Question de génération, peut-être ?

Toujours est-il qu’après avoir bramé comme des rennes sous amphét’ cette œuvre toute de poésie qu’est “Ouh la menteuse…Elle est amoureeeeeeeeuuuuuuse” de Dorothée, nous avons enchaîné dans la même veine.

C’est ainsi que Castor-Junior-Poudre-d’Or, 8 ans a fini par toquer fort civilement à la porte et passer la tête par l’entrebâillement.

Il nous a trouvés lancés dans une vibrante interprétation de “Bouba… Bouba… Mon pe… tit…our… son !”, nous a considérés avec une très grande gentillesse et s’est tourné vers son père.

“Euh… Papa ? Dis, ça te gêne pas si je coupe les enceintes du salon ? C’est un peu fort, là, et j’entends pas très bien Radio Classique avec mon petit poste…”

Je te laisse imaginer la tête des trois grands couillons réunis autour de l’ordi…

Qui ont accordé la permission. Bien sûr.

Et ont poursuivi leur quête assidue de chanson à texte.

Avec Lio.

N’empêche…La prochaine fois qu’on me demandera où se cache la culture, je saurai quoi répondre, au moins !

Publicités
Cet article, publié dans En marge de la savane...., est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour La valeur n’attend pas le nombre des années

  1. lysa3838 dit :

    Ah oui Springsteen est ton amour aussi ? Moi qui croyais que c’était seulement le mien !! 😀

  2. Tsiporah dit :

    Je suis sur la liste aussi!!! 😉 Springsteen mon amour!

  3. lysa3838 dit :

    Rhooo sommes au moins 3 !!! minçalors !! 😉

  4. Bidulette dit :

    Merci pour le fou rire ! je vous imagine sans souci, je serais bien capable de rentrer dans des délires pareils, mais l’entrée en scène de Castor-Junior-Poudre-d’Or est particulièrement savoureuse !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s