Aux grands maux… Les grands remèdes.

Hier, ayant brillamment conclu s’étant extirpé de leurs cours de la matinée, le dino et la girafe s’apprêtent à regagner leurs pénates. Au détour d’un couloir, ils croisent Petit-Lion qui remonte la coursive dans un claquement martial de ballerine vernie, la tête dissimulée par une épaisse fumée.

Laquelle, à vue de nez, lui sort des oreilles.

Ca nous a fait le même effet que si nous l’avions vu se métamorphoser en zèbre à paillettes sous nos yeux.

Faut dire qu’en matière de zénitude, Petit-Lion en remontre d’habitude à un moine bouddhiste en stage de lévitation.

Le dino : “Bonjour, tout va bien ?

Petit-Lion : Beaucoup mieux, merci !

La girafe : Mieux ? Pourquoi, mieux ?

Petit-Lion : Je viens de dire deux mots à Thibalt-Turbinette .

Le dino : Il s’est battu ?

Petit-Lion : J’aurais bien voulu ! Mais une bagarre, c’est trop ordinaire pour lui !

Le dino, perplexe : Pardon ?

Petit-Lion : Oui, je l’ai trouvé debout devant Hugo-Ilianus et Lincine-Clithome, en train de hurler comme un putois sous amphétamines.

La girafe, dubitative : Je ne vois pas exactement en quoi c’est plus grave que de se battre…

Petit-Lion : Eh bien, peut-être parce que pendant que ses camarades s’étripaient joyeusement sur le bitume, Thibalt-Turbinette leur criait “Vas-y, TUE-LE !!!!”

Le dino : Ah oui, effectivement…

Petit-Lion : S’il y a un truc que je déteste encore plus que la bêtise de ceux qui se battent, c’est les charognards qui incitent à la violence !  Je lui ai tellement remonté les bretelles qu’il s’est à moitié étranglé avec. Il marine dans mon bureau, là.

La girafe : Et comment Thibalt-Turbinette a-t-il réagi ?

Petit-Lion : Je doute que la seule remontrance ait le moindre effet, mais en ce qui me concerne, ça m’a fait beaucoup de bien. C’est déjà ça !”

Et de s’éloigner à grandes enjambées décidée sur ses mini talons bobines.

Dire que nous ne sommes que le 25 septembre…

Publicités
Cet article, publié dans La douce jungle de la Tanière, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Aux grands maux… Les grands remèdes.

  1. Anne dit :

    Oui, se faire du bien… Il faudrait que j’envisage de passer mes nerfs sur… Ben, ça va être difficile… Ce sont les échelons supérieurs qui s’appliquent à nous mettre dans la panade puis nous y oublient…

  2. Shakti dit :

    Et bien…. Je renouvelle toute mon admiration au corps enseignant ! Courage pour le reste de l’année…

  3. la girafe dit :

    C’est presque rassurant quand c’est les enfants qui nous cassent les pieds, n’est-ce pas, Anne ? J’ai bien dit « presque », hein !
    Merci, Shakti ! Je dois dire que parfois, on ressent un poil de lassitude… Un tout petit poil..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s