Trousse d’urgence

Demain matin, dès potron minet (aka 10 heures du mat’, les vacances flattent ma tendance naturelle à la fainéantise marmottesque, je sens que ça va rocker la semaine prochaine quand il s’agira de s’extirper de sous la couette pour driver les gnous), vers 10 heures, donc, je me précipite dans le premier “supermarché culturel” venu, et je fais le plein de DVD.

J’envisage un dispositif de choc : Le dîner de con, Le Père Noël est une ordure, Le Folie des Grandeurs, La Vie est un long fleuve tranquille.

J’en ferai un joli paquet et j’espère que l’une des cigognes qui doit déposer chez des copines tout types de poupons joufflus se dévouera pour assurer la livraison.

Histoire que le grand barbu, là haut sur son nuage, trouve une autre raison que moi de se bidonner.

Avant hier, c’était, certes, très sympa de voir un couteau à viande effectuer un saut périlleux dans la cuisine.

Remarquez, j’ai bien rigolé aussi (j’adore le cirque)

Enfin, jusqu’à ce que le fameux couteau me tombe sur le pied.

Nu, le pied.

Rassurez-vous, rien de grave, du coup, paradoxalement, ça détend, ce genre de petite péripétie.

Franchement, quand on parvient à éviter le combo X heures aux urgences / points de sutures / pansements / rappel de tétanos, on se dit que rien de grave ne peut arriver, si ?

C’est ce que je pensais.

Jusqu’à ce que j’ouvre la porte du frigo.

Et là…

“Arrrrgggggggggggg ! Le dino ! Le dino ! Au secours !”

Course éperdue du dino, cet être de patience, qui arrive juste à temps pour me délester de la porte.

Laquelle a trouvé super-drôle de me rester dans les mains.

Franchement, combien de (mal)chances y avait-il pour qu’une chose pareille se produise ?

Je ne serais pas contre une petite pause scoumoune, là…

Allez… Chui même prête à rajouter un chef-d’œuvre à la pile.

Je suis sure que Le Corniaud au Paradis, ça peut le faire…

Edit du dino :

En attendant j’ai commandé un nouveau frigo… parce que bon, les conneries ça va un temps mais, c’est bien connu, toutes les bonnes choses ont une fin!

Publicités
Cet article, publié dans Sous la carapace du prof, il y a..., est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Trousse d’urgence

  1. Anne dit :

    Le coup du couteau j’ai déjà vécu… Celui du frigo est extravagance girafesque!!!

  2. Shakti dit :

    En fait, tu dois l’amuseur (malgré lui) personnel du grand barbu…

  3. Shakti dit :

    oh ben tiens, j’ai oublier « être » !

  4. la girafe dit :

    Salut les filles !
    Quelqu’un est intéressé par le rôle de Louis de Funès céleste ? Parce que j’envisage de le mettre sur le Bon Coin !
    Merci de votre passage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s