Heureusement qu’il y a les gnous (oui, encore…)

Le dino a donc subitement disparu de la circulation .

Savoir si les adultes de la communauté éducative s’en sont émus ou pas n’est pas la question du jour…

De toute façon si le dino a choisi de remettre les pieds à la Tanière plutôt que dans le bureau de Cocker-Coquette c’est uniquement pour les gnous. Il ne supportait pas l’idée de les avoir ainsi abandonnés du jour au lendemain sans préavis. (Madame Guêpe, si tu passes par là, ne te mets pas à hululer derrière ton écran, je sais, je sais que je dois d’abord penser à moi… mais Rome ne s’est pas faite en un jour… aussi je réclame toute ton indulgence). Et le dino avait raison…. parce que ses gnous le valaient bien.

Première heure de cours du dino.

Ses élèves sont rangés dans la cour. Lorsqu’il arrive devant eux le dino est accueilli par une rafalée de sourires radieux, vous savez, le sourire qui fend littéralement en deux la bouille du gamin. Grand Chamelon Sur Ressorts est à deux doigts de sauter au cou du dino (qui, pourtant, ne passe pas une heure de cours sans secouer copieusement les puces du jeune Chamelon) et au moment de passer le seuil de la grotte Grand Chamelon Sur Ressorts se fige devant le dino et lui lance “ça fait du bien de vous revoir, M’dame!” et là, Petit Marsupilami en Goguette qui collait, comme d’habitude, aux basques de Grand Chamelon d’ajouter “Putain, vous nous avez manqué, m’dame!”

Dino en mode chamallow on.

Deuxième heure de cours du dino.

Le dino sort pour accueillir sa prochaine fournée de gnous. Et là, il voit arriver des élèves sautillant de joie à la perspective d’un cours de langue latine sur la concordance des temps dans les complétives au subjonctif ( toutes mes excuses pour les lecteurs que je viens de perdre…)… Et quand Grand Matou Bougon a déclaré, l’oeil fondant, : “ça faisait longtemps, M’dame, trop longtemps…”, le dino s’est dit qu’il avait bien fait, malgré tout, de braver la colère de la girafe et de se lever pour venir faire cours…

Ne jamais oublier, JAMAIS, que ce boulot c’est d’abord et avant tout les gnous.

Publicités
Cet article, publié dans Sous la carapace du prof, il y a..., est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Heureusement qu’il y a les gnous (oui, encore…)

  1. Shakti dit :

    Bonne reprise, alors !
    Ca fait du bien de lire, (mais ça doit être encore meilleur à vivre), de se dire que, finalement, tout n’est pas perdu dans cette jeunesse…

  2. amanda dit :

    Je te l’avais dit, l’effet boomerang ça existe, parce que tu le vaux bien !

  3. Kty dit :

    Euh… 6° et 5°, je souscris des deux mains, mais je serais assez pour la congélation du gnou de 4° et 3° et décongélation à l’entrée en seconde… Parce que là, présentement, moi je part en fumée cinq heures par semaine.

    • le dinosaure dit :

      Me croiras-tu si je te dis que les deux heures de cours racontées dans ce post concernent justement des grands dadais de 4eme et de 3eme?

      • Kty dit :

        J’avoue que oui parce que je crois qu’un microclimat mauvais règne sur deux de mes classes au point que je zappe ces niveaux l’année prochaine.

  4. Je Rêve dit :

    C’est bôôôô… (et ça doit faire super du bien !)
    Comme quoi, il faut savoir disparaître un peu pour mieux revenir.^^

  5. Anne dit :

    Et voilà pourquoi tu es là…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s