Parier sur le bon cheval

Vendredi matin, 8 heures 30. Un petit groupe de 5ème découvre avec plus ou moins d’enthousiasme (plutôt moins) (mais c’est certainement du à l’heure matinale) (Pitié, laissez-moi mes illusions) le poème qu’il va devoir se mettre en tête pour dans 15 jours.

La girafe : “Le texte se termine par deux strophes de 3 vers. Comment on appelle ce type de strophe ?

Les gnous, dubitatifs : …

La girafe : Allons, on a vu ça en début d’année…

Ziat-Zoriphon : Ah oui, M’dame, j’me rappelle ! C’est un tiercé !

Avec les gnous aussi, on joue comme on aime…

Publicités
Cet article, publié dans Le collier de perles de la Tanière, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Parier sur le bon cheval

  1. Anne dit :

    Ben… Du moment qu’il est gagnant!

  2. la girafe dit :

    On est bien d’accord ! Mais on peut quand même l’appeler Tercet, le canasson ? On peut ? Hein ? Hein ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s