Heureusement il y a les gnous…

Déchaînement médiatique contre les profs pour une stupide journée de pré rentrée reportée …

Lâcher prise total de tous ces haineux qui, pour des raisons que décemment je n’arrive pas à comprendre, ont pour passe-temps favori de vomir sur les enseignants qui éduquent leurs enfants, leur apprennent à réfléchir, et, à l’occasion, pallient aux défaillances familiales…

Gros, gros ras-le-bol du dinosaure qui n’en peut plus de la lourdeur administrative, de l’hypocrisie de certains et de voir le tapis rouge (en cette période de festival de Cannes, l’image s’imposait) déroulé pour les moins bons alors qu’on en demande toujours plus aux consciencieux sans leur manifester le début d’une once de reconnaissance pour le boulot qu’ils abattent…

Bref, l’orage menace, les nuages noirs s’amoncèlent et le tonnerre ne cesse de gronder…

Mais personne ne s’en rend compte, ça va de soi…

Le dino ruminait toutes ces riantes considérations l’autre matin lorsqu’il a fait entrer ses mini gnous en classe.

“Asseyez-vous, sortez vos affaires, enlevez vos blousons. Tout le monde reprend le texte sur lequel on a commencé à travailler hier et pendant que je fais l’appel vous le relisez.”

Le silence s’installe dans la classe, troublé seulement par un léger raclement de chaise quand un gnou change de position.

Le dino va chercher dans son armoire le matériel pédagogique dont  il va avoir besoin pour la suite du cours.

Quand il passe à côté de Petit Cigogneau Tarabiscoté celui-ci l’attrape par le bras et lui chuchote: “Attendez m’dame, j’ai quelque chose pour vous” avant de plonger tête la première au fin fond de son sac. Il farfouille un bon moment puis finit par brandir victorieusement une boîte d’aimants colorés qu’il tend au dino avec ces mots doux: “Je les ai retrouvés au fond de ma chambre, M’dame, je les utilise plus, mais vous, vous en utilisez tout le temps en grammaire, alors je vous les donne… comme ça on en aura plus!”

Pendant un instant l’orage a fui au loin, les nuages sont devenus aussi blancs que la toison d’un jeune agneau nouveau-né et le tonnerre l’a mise en veilleuse…

Le dino a remercié Petit Cigogneau Tarabiscoté avec un grand sourire et a aussitôt utilisé les aimants du jeune gnou.

Je déteste l’administration, je hais les contraintes matérielles, je pilerai volontiers menu bon nombre de journalistes et autres ignorants de la profession d’enseignant qui passent leur vie à la juger et à la décrier… Je suis régulièrement à deux doigts de tout envoyer valser, mais y’a toujours un gnou pour me cueillir au vol et me rappeler que si j’ai choisi de faire ce p*** de b**** de m**** de métier, c’était d’abord et avant tout pour ces gamins…

Publicités
Cet article, publié dans La douce jungle de la Tanière, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Heureusement il y a les gnous…

  1. Axel dit :

    Merci pour ce joli sourire. Oui, heureusement parfois les élèves nous réconcilient avec la profession.
    Mais ils ont quand même de plus en plus de mal à chasser les nuages très, très noirs, surtout quand ils sont trente et que trois suffisent à réduire comme peau de chagrin le temps pour enseigner vraiment.

  2. amanda dit :

    Si tu les aimais pas un peu, tu ferais pas ce métier de dingue…..Heureusement il y en comme celui-là, ça te réconcilie avec la vie, ça ! Bon courage jusqu’à fin juin !

  3. le dinosaure dit :

    Merci à toutes les deux.

  4. Shakti dit :

    Bonjour, je vous lis souvent, je commente peu et je me poile à chaque fois !
    Et non, ne renoncez pas : j’espère bien que mes 2 fauves auront des enseignantes dans votre genre dans quelques années.
    Merci pour eux

  5. Anne dit :

    Tapez, tapez, jouez avec les profs… Bientôt plus personne n’osera se lancer dans le métier!!! Et certain vont laisser tomber… Je trouve que cette année nous avons été particulièrement gâtés!!! Entre ce chercheur, si au fait de ce qui ce vis en classe, en milieu « ordinaire », qui estime que la profession est dévalorisée par sa féminisation (!!!!) et le ministre qui passe de la consommation à l’éducation comme on change de chemise et s’applique à nous enfoncer….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s