Sur un petit nuage…

Ce qu’il y a de bien, avec les vacances, c’est qu’en prenant un peu de distance avec l’attelage maudit cours perturbé / copies hâtivement corrigées / fatigue accumulée, ces petits riens joyeux qui, mine de rien, continuent à émailler notre quotidien, refont surface.

Du coup, j’ai le temps de vous parler de Nemo-Nimbus.

Nemo-Nimbus est un gentil gamin au regard pétillant, au sourire rieur.

Enfin, pour autant que ses professeurs s’en souviennent.

Parce que ça fait un moment qu’ils ne l’ont pas vu.

Un moment comme… Plusieurs semaines, entrecoupées de retours éclairs et de re-départ parfois fracassants puisque Nemo-Nimbus adooore faire le mur, gigoter sur le matériel d’Eps pour tester sa résistance (Oups ! Cassé…) ou titiller ses camarades jusqu’à les exaspérer.

En même temps, c’est vrai que quand il est là, ben… Il n’y est pas vraiment. Entre les papotages, chipotages, blagues de potache et autres rêveries, il n’y a plus grand place pour le travail.

Mais le jour de ma séance de kiffe personnel (j’ai nommé le cours sur la tragédie racinienne), il était présent.

Il m’a regardé avec bienveillance m’agiter dans tous les sens pour questionner, relancer, aiguiller ses camarades, et finalement dépiauter la pièce (de théâtre).

Pendant ce temps, il a mené une conversation passionnante avec son voisin.

Et inventorié minutieusement le contenu de ses trois (!!!) trousses.

La girafe, à bout de souffle (et à cinq minutes de la fin) :“Bon, alors… Pour résumer, qui peut me dire quel est le ressort essentiel de la tragédie classique ?”

Silence.

Bovin, le silence. (Ca doit être le Minotaure qui veut ça).

Et puis, au bout de longues, de très looooooongues secondes :

“M’dame, j’ai compris !”

Ouf ! Quelqu’un a compris !

Oups… C’est Nemo-Nimbus qui a compris…

“Si, si, M’dame ! Au début de la pièce, Phèdre est sur le point de mourir, non ?

-Oui ?

-Et à la fin, elle meurt.

-Oui…

-Donc, elle pouvait pas y échapper.

-Oui… Et comment on appelle ça ?

-Ben, le destin, M’dame, voyons !”

Sur l’air de “Je vous aime bien, mais vous devez vraiment être crevée pour nous asticoter avec de telles évidences !”

Alors oui, Nemo-Nimbus va probablement passer ses vacances à s’abrutir sur sa console et errer dans son quartier jusqu’à pas d’heure. Et à la rentrée, son travail scolaire ne sera probablement ni plus sérieux, ni plus soigné.

N’empêche… L’intelligence, ça fait du bien…

Publicités
Cet article, publié dans La douce jungle de la Tanière, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Sur un petit nuage…

  1. Anne dit :

    L’intelligence ça fait du bien. Mais c’est du gâchis sous utilisée comme ça!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s