Planète bleue… Pas encore marine, heureusement.

J’ai dans mon sac à main un objet magique :

Ca :

C’est mon bâton de pèlerin, mon calumet de la paix, mon arbre à palabres.

Elle passe de main en main, et la parole revient à celui qui la pétrit dans ses doigts.

Les gnous l’adorent.

Ce matin, deux de mes gnous étrangers, Pendragon-Pépite et Rodrigo-Raponder, l’avaient chipée sur mon bureau et l’étudiaient comme deux moineaux leur nid.

Pendragon-Pépite : “Alors toi, c’est où ?

Rodrigo-Raponder : Là, tu vois ? Sur la péninsule… Et toi ?

Pendragon-Pépite : Ici… A côté de la Thaïlande…”

A l’heure où l’extrême-droite  s’installe à la tête de quatorze villes de notre pays, ça fait du bien de se souvenir que notre planète est minuscule, et que même quand on vient des quatre coins du monde, il est encore possible de s’entendre, ou du moins, de se parler.

Merci, les gnous.

Publicités
Cet article, publié dans En marge de la savane...., est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Planète bleue… Pas encore marine, heureusement.

  1. iibelle dit :

    merci les gnous !

  2. la girafe dit :

    Oh oui !

  3. Amanda dit :

    C fantastique, tu es une fée !

  4. Anne dit :

    Merci!
    Mais quel monde va t-on leur offrir?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s