Arriver à maturité…. Ou pas.

Donc, comme promis, un petit retour sur les exploits des gnous.

Hier matin, je remontais tranquillement un couloir quand je croise, sortant du bureau de Grand Lion :

  • Deux jeunes gnous femelles, l’air (faussement) contrites. Des élèves que j’ai eues l’an dernier, tiens.
  • Une paire de parents (visiblement pas marié ensemble, ou alors sur le point de donner vraiment BEAUCOUP, BEAUCOUP de travail au juge des affaires familiales le plus proche)
  • Et enfin Grand Lion lui-même, qui raccompagne précautionneusement tout ce petit monde avec l’air détendu d’un porteur de missile dégoupillé.

Je lui jette un regard perplexe, elle lève les yeux au ciel et, dès son retour, me rencarde sur les faits.

Les emmerdes, c’est comme un camembert bien connu : les plus simples sont les meilleures.

Prenez un petit village de cambrousse.

Deux maisons, occupée respectivement par les familles de petite gnou n°1 et de petite gnou n°2.

Et au milieu coule une rivière. (Sans Brad Pitt, hélas. Pourtant, un peu de glamour ne serait pas du luxe, z’allez voir)

Rajoutez de la pluie.

Beaucoup, beaucoup de pluie.

Seule la baraque de petite gnou n°1 a été inondée, mais petite gnou n°2 a assisté au spectacle en direct live grâce à la magie du portable et des message que sa meilleure cop lui envoyait toutes les cinq minutes.

Elle a fini par répondre gentiment.

“M’en fou, chui au sec.”

Ce à quoi l’autre à rétorqué que sa correspondante n’était vraiment qu’une grosse truie femelle cochon en état de surcharge pondérale avancée.

Laquelle s’est permis d’émettre des doutes sérieux sur la fidélité de Maman-de-gnou n°2 qui serait une coureuse de braguette une femme à la sexualité… Euh… Epanouie.

Par le biais de Face-de-bouc, qui, comme chacun sait, œuvre quotidiennement pour la paix des familles et des cours de récré, cette délicate conversation s’est poursuivie au matin, et les parents respectifs des gamines, qui sont amis de leurs filles sur Fesse-Bouc. ont bien entendu choisi l’option la plus sage.

A savoir s’en mêler.

Dimanche soir, un cousin de Miss Gnou n°2 a cordialement informé la demi-sœur de Miss Gnou n°1 qu’il envisageait de “l’enc**** à sec sans préavis” si elle ne “tenait pas mieux sa sœur”

Résultat ?

Lundi matin, sitôt les grilles franchies, Miss Gnou n°1 a attrapé Miss Gnou n°2 par les cheveux.

Grand Lion, qui passait par là, a plongé dans la mêlée, récupéré les belligérantes, les a tancées et sanctionnées. Et quand les responsables légaux des deux demoiselles se sont présentés, elle a aussi du tenter d’expliquer que poser la sodomie sur la table des négociations, ça pouvait faire désordre, si je puis dire.

Et dire que lorsque la girafe et moi avons ouvert cet espace, nous pensions que la période des vacances scolaires serait une période de jachère blogesque…

Publicités
Cet article, publié dans La douce jungle de la Tanière, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Arriver à maturité…. Ou pas.

  1. Alainx dit :

    Taleur, J’en avais un peu marre de l’existence, que des fois et il n’y a que des emme… ennuis.
    me suis dit je vais aller faire un tour du côté de la girafe.
    Eh bien je ne regrette pas le voyage !
    À force de rire je vais attraper mal au ventre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s