Comment recruter, et conserver, des latinistes?

Pas très vendeur comme titre hein?

Et pourtant…. le dinosaure que je suis commence à avoir une petite expérience en la matière.

Il a testé, et approuvé, pour toi, ami lecteur:

  • le passage systématique dans les classes en fin d’année pour vanter les mérites du latin et le talent de prof inégalé et inégalable du dino
  • l’organisation d’un voyage qui laisse les gnous pantois de bonheur et d’émerveillement (modestie, bonjour!)

C’est tip-top pour les appâter mais après faut les garder nos latinistes, et si possible les garder avec un minimum d’entrain pour la matière.

Sauf que quand on aborde les joies de la version l’enthousiasme du jeune gnou a une nette tendance à diminuer à une vitesse inversement proportionnelle à celle avec laquelle le sang s’écoulait du corps de Sénèque lorsqu’il s’est tailladé les veines pour obéir à l’ordre impérial de mettre fin à ses jours…. (Sache que Sénèque avait une très mauvaise circulation sanguine… il a donc mis TRES longtemps à se vider de son sang. Fin de la minute gore et retour au sujet de ce post.)

En général le mot “version” déclenche chez le gnou latiniste des hauts le cœur , des cris d’horreur et un verdissement assez net du teint. En corollaire son cerveau bugue et oublie tout ce qu’il a pu apprendre au fil des cours précédents….

Bref, pour faire simple,

VERSION = CATASTROPHE!

Enfin… cet axiome était valable jusqu’à ce que le dino réalise qu’il avait une botte secrète sous la patte: les confiseries de la girafe pour lesquelles tous les gnous exotiques de la Tanière, leurs parents et leurs profs sont prêts à tuer….

Désormais les gnous du dino résumeraient plutôt la chose ainsi:

VERSION = CONFISERIES DE LA GIRAFE!

Et croyez-moi, y’a pas mieux comme stimulant.

Il a suffi que le dino annonce un concours de version avec à la clé des confiseries de la girafe pour que tous les gnous se lancent à corps perdu, l’oeil vif et le stylo en alerte, à l’assaut des textes de Tite-Live, et en souriant en prime….

Et ils étaient mignons lors de la correction à tous quitter le cours du dino avec leurs confiseries soigneusement enveloppées dans des serviettes en papier.

Qu’on se le dise, le latin à la Tanière, ça déchire….

Bon, ça flingue aussi un peu l’adage “Cinq fruits et légumes par jour”, et pour le côté bio si cher à Madame Guêpe il faudra un peu repasser…

Mais qu’importe, c’est pour une bonne cause!

Publicités
Cet article, publié dans La douce jungle de la Tanière, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Comment recruter, et conserver, des latinistes?

  1. allezzou dit :

    L’estomac est un puissant moteur… la gourmandise aussi !
    Bravo !

  2. Thibaut dit :

    Échange de bon procédé en somme, si on avait fait ça pour les maths, peut être aurais-je eu quelque accointance avec la matière, et qui sait peut être que du coup, à l’heure actuelle je serai obèse. 😉

  3. Alainx dit :

    Apprenez le latin avec la méthode Dino-Confiserie !
    Votre dentiste vous en sera reconnaissant !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s