Où on regrette d’avoir des limites…

Elle fait 1m 20.

Elle a de grands yeux chocolat-au-lait-onctueux bordés de cils soyeux, un nœud à fleurs dans les cheveux et des ballerines rose pompon.

Elle, c’est Sixtine-Strychnine, une de mes élèves de 5ème.

Chaque fois que je la croise, je me retiens à ma perforatrice en forme de cœur pour ne pas lui faire un piercing sans anesthésie.

Je pense que je pourrais trouver une complice acceptable en la personne de Mme Strychnine, rencontrée six fois à ce jour et qui a courageusement commis 3 autres rejetons à la suite de son ainée.

Chaque fois qu’elle me croise, je sens qu’elle regrette ces moments d’égarement répétés et que si c’était à refaire, elle s’auto-ligaturerait les trompes avec du scotch double face plutôt que de risquer de revivre 3 fois ce qu’elle est en train de traverser avec la plus grande.

Mais enfin, me diras-tu, qu’en est-il de Sixtine-Strychnine ? Elle est fainéante ? Bavarde ? Insolente ? Agitée ?

Non. Rien de tout cela.

En classe, Sixtine-Strychnine écoute correctement, participe raisonnablement, rend son travail à temps et bavarde discrètement.

Ca la repose.

Parce que le reste du temps, elle est vraiment TRES occupée.

Du haut de ses 12 ans tout mouillés, Sixtine-Strychnine consacre en effet l’essentiel de son temps libre à pourrir méthodiquement la vie de certaines de ses camarades.

Tout y passe : menace, intimidation, chantage, coups…

Et là où c’est vraiment sournois, c’est que TOUT SE DEROULE A L’EXTERIEUR DE LA TANIERE.

Qu’est-ce que ça change, me diras-tu ?

Ben tout.

En effet, lorsqu’en début d’année, Sixtine-Strychnine a essayé de se livrer à son sympathique petit manège à l’intérieur de l’établissement, je l’ai attrapé entre 4 yeux avec Grand-Lion, copieusement assaisonnée et lui ai mis le marché en main : soit elle se rangeait des voitures, soit elle irait se faire pendre dans un autre collège.

Et ça, Sixtine-Strychnine veut l’éviter à tout prix.

Tout plutôt que d’être obligée de recréer sa petite Mafia personnelle en territoire inconnu.

Du coup, chez nous, elle se tient –à peu près- à carreaux.

Mais dans les rues adjacentes, c’est une autre histoire.

Sauf que passé les grilles, nous n’avons plus aucun pouvoir.

Si bien que quand les victimes parlent –enfin !- , il ne reste plus à leurs parents qu’à porter plainte. Processus long, aléatoire et compliqué pour beaucoup.

Conclusion ?

La peste coule chez nous des jours heureux tandis que déjà 2 élèves ont décidé de fuir dès l’année prochaine vers le privé afin de ne plus croiser leur tourmenteuse sur le chemin de l’école.

Ca me rend dingue.

Déjà, la quasi-impunité dont bénéficie cette gamine me donne envie de mordre, mais quand je vois qu’en plus, certaines camarades l’accompagnent systématiquement dans tous les mauvais coups, je distribuerais bien quelques baffes alentours.

Je veux bien faire la part de l’effet de groupe, mais je ne comprendrai JAMAIS comment on peut prendre plaisir à tarabuster quelqu’un, et pour tout dire, quel que soit l’âge du tourmenteur, ça me file la nausée.

Ne rien pouvoir faire aussi, d’ailleurs.

Du coup, je me tiens en 4 pour rester dans mon rôle de prof quand je suis devant Sixtine-Strychnine et ses copines, et je ronge mon frein.

Mais jusqu’en juillet, ça va être long…

Publicités
Cet article, publié dans La douce jungle de la Tanière, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Où on regrette d’avoir des limites…

  1. Flocon dit :

    Quelle tristesse. En général, ce type de comportement ne se produit pas sans raison identifiable (la cruauté humaine, comme les microbes, ne naissant pas par génération spontanée, et l’hypothèse de la possession par le démon demeurant sujette à caution). Vous savez un peu ce qui se passe chez elle? Est-elle suivie par un psy?
    Cela dit, bon courage, car en effet c’est très dur pour les profs et les autres élèves.

  2. la girafe dit :

    A priori, elle n’a pas de problème particulier : la famille semble stable, se déplace quand nous souhaitons la rencontrer, a accepté sans réticence l’intervention de l’assistante sociale… Les deux parents travaillent, donc la gamine est livrée à elle-même après l’école, mais sur un temps assez court (une heure environ) et à mon sens, cela ne suffit pas à expliquer son comportement. Ce qui est frappant, surtout, c’est qu’elle ne manifeste jamais aucun regret et ne semble éprouver aucune empathie pour personne, ce qui, très franchement, m’inquiète encore plus que tout le reste.;;

  3. beatrice29 dit :

    C’est terrible ça ! Ce sont les pires et dans la vie adulte, elles seront à fuir, surtout si elles ont un poste à responsabilité. C’est le genre perverses narcissiques qui pullulent désormais et qui ont trouvé grâce à face de bouc et autre sites internet de quoi cracher leur dose de venin quotidienne. Difficile en effet de les punir puisqu’elles ont l’apparence d’élèves modèles…

  4. Flocon dit :

    Mmm, l’absence d’empathie, en effet, c’est ce qui semble le plus inquiétant. D’où l’idée du psy : elle a peut-être un problème grave, ou en voie de le devenir, ce sont des choses qui arrivent.
    Enfin j’écris ça comme ça, je ne suis pas à votre place et je sais bien qu’en général, on ne peut rien ou presque face à ce type de situation.

  5. la girafe dit :

    Très d’accord avec toi, Béatrice… Je n’aimerais pas voir l’adulte qu’elle va devenir même si je me dis que vu son jeune âge, il y a quand même des chances qu’elle évolue…
    Pour le psy, je suis d’accord, Flocon, l’assistante sociale en a parlé à la mère. Mais c’est le genre d’idée qui doit faire son chemin, aussi bien dans la famille que dans la tête de la gamine, et je n’y crois pas tellement dans l’immédiat…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s