La girafe, le retour (part ouane)

Salut à toi, lecteur obstiné que ce blog en mode morne plaine n’a pas découragé ! -Ceux qui ont atterri ici par erreur en cherchant des dessins de dinosaure et de girafe susceptibles de monopoliser l’attention de leurs gnous en rupture de ban(c)s scolaires, restez cinq minutes ! Croyez-moi, ça vaut le coup…

4 juillet : Note“l’école finie”Note  La girafe et le dinosaure, en mode Sheila, embarquent pour une destination qui leur met des étoiles dans les yeux depuis des mois. Allez, un indice ?

  

 

Et oui, THE Big Apple, y avait de quoi frétiller, non ? Croyez-moi, elle est à croquer et on en a bien profité ! Mais comme je suis une perle de logique, je me suis dit qu’avant que le dino vous poste deux ou trois photos  sympa, j’allais vous raconter mon retour dans l’Hexagone.

Disons-le : malgré mes (très très) nombreuses qualités, je suis chonchon en fin de vacances. J’aime pas rentrer. Mais alors, vraiment pas. Ce qui, j’en suis consciente, ne fait pas de moi un être exceptionnel. Qu’on me présente celle qui adore se taper des lessives après quinze jours de dépaysement complet, et je lui lance de l’adoucissant.

D’ordinaire, cependant, le retour se déroule sans anicroche notoire.

A ceci près que je piste les toilettes partout où je passe.

Ceux qui me connaissent savent que ma vessie a la taille d’un dé à coudre.

Qui se restreint encore en état de stress.

Donc, c’est simple, je pourrais écrire un guide comparé sur les wawa des aéroports et des villes que j’ai visité. THE détail so smart mais qui a son importance, comme vous allez le voir.

Samedi 22 juillet, 21 h 30, aéroport John F. Kennedy. Le dino me rappelle qu’il est grand temps d’atteindre l’Himalaya de la glamouritude ultime.

A savoir, mettre nos bas de contention.

Keira Kinghtley, quand elle prend l’avion, elle se tartine la face avec une crème qui coute un bras le microgramme avant de pirouetter dans un pyjmoiça en soie sauvage. Et elle s’endort sans froisser son brushing.

Moi, je mets des bas de contention.

Je veux être Keira Kinghtley.

Mais en attendant le miracle, je m’achemine vers les toilettes, m’enferme dans une cabine, m’assoit là où vous imaginez et m’efforce d’enfiler ces engins de torture.

Qui sont manifestement trop petits.

Et donc je roule, tire, peste et me contorsionne si bien que le second bas, que je tenais sur mes genoux, tombe.

Les toilettes de l’aéroport n’ayant PAS DE COUVERCLE,  je vous laisse penser où il atterrit.

Demi-volte de la girafe qui, armée d’un stylo, s’efforce d’opérer un sauvetage aquatique rapide du bas en perdition et pense à cet instant avoir atteint le sommet du ridicule.

Naïve, la bestiole.

Il faut dire que les jambes du pantalon étaient trop étroites pour que je puisse enfiler confortablement les bas en question.

Or donc, quand la porte de la cabine, que je croyais avoir fermée, s’est ouverte avec fracas trente secondes plus tard, je me suis retrouvée hirsute, suante, mon bas trempé à la main et dans une tenue que l’on peut sans hésiter qualifier de légèrement inappropriée devant une solide bonne sœur.

Laquelle m’a toisée avec une réprobation manifeste et abreuvée d’imprécations bibliques en cyrilo-moldave jusqu’à ce que je lui claque la porte au nez pour me rhabiller à toute allure et fuir le lieu du crime sans demander mon reste.

On pourrait penser que j’avais eu mon content de gaffe pour la journée ?

Ce serait mal me connaitre !

To be continued…

Publicités
Cet article, publié dans On the road..., est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La girafe, le retour (part ouane)

  1. pakitatina dit :

    Ah Ah !! J’adore j’adore !!! Des photos ! des photos ! des photos !!!!
    Quel style naratoire ! 🙂
    Bon, je m’achemine vers la suite de tes exploits.

  2. la girafe dit :

    Merci Pakita ! Je rougis (sous mes bas… Ou plutôt celui qui me reste !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s