Dino téléphone maison…Ou pas, en fait.

Ami lecteur, à moins de vivre sur une autre planète (au hasard, le Phocéa), tu n’ignores pas que c’est la CRISSSSSEU. Et que, par conséquent, organiser un voyage scolaire pour les loupiots équivaut à peu près à réussir faire siéger Loana aux côté de Jeannot d’Ormess sous la coupole de l’Académie. Après avoir tenté par tous les moyens de réunir les fonds nécessaires pour emmener tout son petit monde respirer le printemps romain, le dino, qui pourtant, appartient à une espèce ô combien tenace, a du renoncer, la mort dans l’âme. Il est parti à la recherche de sorties  moins onéreuses… Et il est tombé là-dessus

La solution semblait toute trouvée. Par l’expo du Musée Maillol alléchés, le dino et la girafe sont montés de concert à Paris, histoire de préparer une sortie jolie pour les petits. Et là… Comment dire.

Grand moment de solitude.

Et d’une, impossible de prendre la moindre photo, alors que la plupart des pièces exposées viennent de musés italiens et qu’in situ, e possibile ! (Je ne te ferai pas, lecteur lettré, l’offense de traduire…) Allez concevoir un doc papier que les p’tits gnous pourraient compléter dans ces conditions…

Mais surtout, surtout… J’attire, ô lecteur impartial, ton attention sur cette formule alléchante tirée du site du musée : “L’exposition invitera le visiteur à circuler dans cette maison comme si elle était sienne, créant pour un instant l’illusion, malgré les 2000 ans qui nous séparent, d’être les invités des maîtres de maison.”

Gné ?

Non, parce qu’en ce qui me concerne, quand je me balade  entre des vitrines pleines d’objets numérotés ponctuées de trois-quatre panneaux d’explications aussi rébarbatifs que des cours de morale des années 1800 et consorts, je n’ai pas, mais alors PAS DU TOUT l’impression d’être dans une maison pompéienne, et ce n’est pas les trois pauvres pavements de mosaïques disposés au hasard sur les murs qui vont m’aider à me sentir romaine, même en y mettant toute la bonne volonté possible. Il suffisait de presque rien, peut-être dix années de moins dix minutes de réflexion  pour faire de cette expo une franche réussite. Si les objets (très beaux, au demeurant) avaient été un tant soit peu mis en situation, si l’espace disponible avait été VRAIMENT pensé, organisé, décoré, animé en fonction de la maison qu’il était censé illustrer, cette expo aurait été une réussite au lieu d’un catalogue ennuyeux présenté par un scénographe en panne d’inspiration. Bref, tant qu’à investir 11 euros, optez plutôt pour une soirée ciné, et tant qu’à faire, pour l’excellent Polisse, de Maïwenn, qui fera l’objet d’un prochain billet…

Publicités
Cet article, publié dans Culture et Cie, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s