Le paon

Le paon avance fièrement. Il se fait entendre à tout bout de champ. Il ne cesse de faire la roue, pour tout et n’importe quoi. Le paon n’aspire qu’à une chose: être le roi de sa grotte (= sa classe de congénères), ou, mieux encore, de la savane toute entière.

Le paon bombe le torse et arbore un sourire avantageux. Le paon est persuadé que tout le monde rêve d’être lui. Dans sa grande bonté il accepte que les autres élèves qui peuplent la savane lui constituent une cour personnelle, car le paon est prétentieux.

Las! la réalité est bien souvent assez éloignée du rêve. Le paon veut croire et faire croire qu’il est paon, mais la plupart du temps il n’est qu’un petit chaton tout juste sauvé de la noyade et qui tremble de peur devant l’immensité de la savane et la diversité des animaux qui la peuplent. Alors petit chaton joue au paon pour masquer sa peur et ses angoisses.

Pour s’affirmer le paon commence toutes ses phrases par “Moi je”.

Pour s’affirmer le paon prend tout le monde de haut, prof comme élève. Il manie le ton condescendant et supérieur avec une grande maestria.

Le paon est en constante représentation et donc prêt à tout pour se faire remarquer.

Devoir sur table. Silence religieux dans la salle. Tous les élèves, toutes espèces confondues, planchent sur leur copie. Soudain une voix criarde fend le silence. “Léon! Léon!”…. euh, non, ce serait plutôt “Arrête de me regarder comme ça toi! Qu’est-ce que tu me veux d’abord? Oui je suis beau, mais il ne faut pas trop me regarder non plus…” (deux explications à cette affirmation: soit la beauté s’use quand on la regarde trop, et le paon se préserve, soit la beauté aveugle, et le paon préserve le camarade téméraire)

Fin du cours. Le paon pérore dans le brouhaha des élèves rangeant leurs affaires. Il parle suffisamment fort pour que tout le monde l’entende et accompagne ses paroles de regards circulaires afin de vérifier qu’il a capté son auditoire. Sans le savoir, le paon maîtrise naturellement le principe de la captatio benevolentiae cher aux orateurs grecs et romains! Une grande carrière d’avocat s’ouvre à lui… enfin, dès qu’il aura décidé de se mettre un minimum au travail….

Le paon est usant, lancinant, c’est une vieille rengaine qui vous passe sur les nerfs avec une insistance enragée.

Le paon est un des rares spécimens qui arrive à se rendre insupportable, tant pour les profs que pour les élèves.

Le paon est à claquer les neuf dixièmes du temps. Et parfois un élève craque et “venge” ses camarades et l’ensemble de la communauté éducative de la Tanière en remettant vigoureusement en place le paon. Parfois un enseignant “vanne” le paon, n’en pouvant plus de ses vantardises incessantes et déplacées.

Suite à cet affront le paon peut adopter deux réponses très différentes:

  • soit il se mure dans un silence outré et outragé, tel un lama méditatif. Chacun pousse alors un profond soupir de soulagement intérieur, tout en sachant bien que ce silence salvateur n’est que provisoire.
  • soit au contraire il monte dans les tours et, tel Caliméro, hurle au scandale, à la persécution systématique et organisée, ce qui peut lui valoir une exclusion temporaire de cours, le temps pour lui de se calmer et pour ses petits camarades de respirer un peu.

Mais sachez-le, tout comme la dinde, le paon finit par évoluer. Et les professeurs ont souvent la surprise de croiser en dehors de la Tanière un ex-paon devenu une sage tortue qui les salue courtoisement et leur dit “Qu’est-ce que j’étais con et chiant, hein M’dame?!”

Publicités
Cet article a été publié dans La douce jungle de la Tanière. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s