Multiples talents

Pas les miens, non.

Et, croyez-vous, ce n’est (malheureusement) pas de la modestie mal placée.

J’m’explique.

Ce matin, j’ai collé les gnous devant un tableau de Camille Pissarro.

La faute à la réforme de l’éducation nationale qui nous lance dans des travaux interdisciplinaires à tout va.

Entendons-nous, hein : je peux rester plantée devant les Nymphéas de Monet ou les peintures de Turner suffisamment longtemps pour avoir l’air de faire partie du décor (c’est du moins ce que semblaient penser les couples de japonais qui, me voyant plantée là, m’ont demandé de les photographier devant cette toile la dernière fois) ( 5 couples.) (Le gardien a fini par me proposer un café.)

N’empêche que je procède avec prudence, n’ayant aucune connaissance réelle en histoire de l’art.

Heureusement pour moi, les gnous non plus.

Ce qui est bien, c’est qu’ils compensent dans d’autres domaines… Jugez plutôt.

Clovis Choryphée qui, en voyant le tableau, a lâché cette phrase d’anthologie :

Pissaro ? Ah ! C’est celui qui fait du foot !”

Gnéééé ? Camille Pissarro ? J’veux dire, 1830-1903, hein ?

Renseignement pris, il s’agirait de Claudio Pizarro qui joue au Werder Brême, cette année… Ou de David Pizarro, qui a joué à Manchester City en 2012… Ou de Guido Pizarro (????), joueur argentin…

Interdisciplinarité, qu’ils disaient… Ca en ouvre, des perspectives !

Publié dans Le collier de perles de la Tanière | Tagué | 3 commentaires

Balayer devant sa porte

“Augmentation du smic : c’est trop facile d’être généreux avec l’argent des autres au détriment de l’emploi des autres” dixit François Fillon. (tweet de 2012)

Rassurez-moi : s’il envisage de supprimer 500 000 agents publics, c’est qu’il a médité sur le cas de Pénélope, sa douce épouse, qui lui aurait apparemment servi d’attachée parlementaire pendant plusieurs années pour un salaire de plusieurs milliers d’euros par mois ?

Voilà, c’était le coup de gueule du mercredi –et de la girafe- pour l’anniversaire de la Tanière. 6 ans… Happy Birth-gnou !

Publié dans Coups de gueule et de griffe | Tagué | 6 commentaires

Nourrir l’esprit… Et le reste.

Mardi matin, dix heures. Castor-Croqueur-de-Culture, cet être d’inconscience de courage lance ses élèves à l’assaut d’un roman pour la jeunesse dans le cadre d’un défi lecture.

Kushi-Sashimi, perplexe : “M’sieur, ça se mange, la terre ?

Castor-Croqueur-de-Culture, interloqué  : Heu… Non…

Kushi-Sashimi, concerné : Ben pourtant, c’est c’qu’y disent, dans l’bouquin qu’vous nous avez donné, hein !

Castor-Croqueur-de-Culture, déconcerté : Montre-moi ça…

Le gnou s’empresse vers le bureau et pointe un index accusateur sur la page incriminée :

“Là ! Voyez !”

La phrase en question saute au regard du lettré :

Il prit le bol de terre cuite et mangea”

C’est sûr que cuit, c’est meilleur…

Publié dans Le collier de perles de la Tanière | Tagué | 1 commentaire

On peut toujours compter sur les gnous…

Pour vous aider à tenir votre bonne résolution de début d’année.

Laquelle tient en 6 petits mots : poster plus souvent sur le blog.

Du moins, celle qui vous intéresse (Je doute que la résolution n°2 ( “ renoncer à  dépareiller les chaussettes”)  vous plonge dans des abimes de félicité) (le dino, lui, frétille à cette perspective) (en tout cas, ses pattes)

Bref, revenons à nos gnous.

Hier, nous explorions les racines de la langue française avec délectation et au coin du bois, nous débusquons “lupus”.

La girafe, enthousiaste : “Quel mot français cette racine latine a-t-elle donné ?

Barka-Belladone : Loup, M’dame Girafe !

La girafe, ravie : Très bien ! Et quelle particularité orthographique la racine permet-elle d’expliquer ?”

Réflexion gnouesque intense. De son côté, la girafe à l’affut attendait le “p” final.

Ben elle a pas été déçue, hein.

Barka-Belladone, sur le ton de l’évidence : Ben ça explique que le loup, il fait “Ouh, ouh !” à la pleine lune, M’dame !

La girafe : …

Publié dans Le collier de perles de la Tanière | Tagué | 2 commentaires

L’amour en musique…

D’après les élèves d’Orignal-Songeur, « ne pas mettre de préservatif vous expose au tombage d’enceintes. »

Alors, je vous avertis bien gentiment chers lecteurs, on ne joue pas à la bête à deux dos sans capote dans une salle de concert, ça pourrait vous coûter la vie!

Publié dans Le collier de perles de la Tanière | Tagué | 4 commentaires

Assumer…. ou pas….

Faut dire ce qui est, cette année, grâce à cette p**** de réforme du collège,  les profs de la Tanière, et notamment les profs de lettres, croulent sous la charge de travail. C’est bien simple, le leitmotiv des littéraires de la Tanière cette année est: « La réforme ne nous tuera pas » (copyright Maman Loup).

Hérisson-Rêveur, lui, en bon littéraire, nous a dernièrement proposé une variante de saison: « Je ne passerai pas l’hiver si ça continue comme ça » (phrase prononcée en général entre deux quintes de toux).

Bref, chacun essaie par tous les moyens de résister.

Hérisson-Rêveur,toujours lui, a décidé de se remettre au chant de façon un peu sérieuse (cours et tout et tout). L’autre midi, l’oeil dans le vague, il fredonnait l’air sur lequel il travaille en ce moment, sous l’oreille attentive du deuxième musicien de l’équipe de lettres, Castor-Croqueur-de-Culture.

Le dinosaure est une truffe absolue en musique (Maman Dinosaure parle encore avec une pure terreur dans la voix de la semaine où son rejeton a révisé « Ah vous dirais-je Maman » à la flûte à bec….. Pour faire court, ce fut un véritable carnage auditif! ). J’écoutais donc avec une certaine admiration Hérisson-Rêveur fredonner. Et puis soudain ce fut le silence.

Et ensuite un glapissement fort peu musical s’est échappé de la bouche de Hérisson-Rêveur. « Mais qu’est-ce que c’est que cette voix de merde! Ah non, décidément, j’assume pas d’être un ténor! »

L’intégralité de la salle des profs de la Tanière a fait silence pour prendre toute la mesure de cette déclaration de la plus haute importance.

Qu’on se le dise, Hérisson-Rêveur est un ténor qui se rêve baryton!

Publié dans En marge de la savane.... | Tagué | 2 commentaires

On vous souhaite tout le glamour du monde…

Ce qu’il y a de bien, avec la Tanière, c’est que les années se suivent… Et les vœux de ne se ressemblent pas.

Aucun besoin de chercher à innover entre les (trop) traditionnels “bonne année” et autre “bonne santé” :  pour l’originalité comme pour beaucoup d’autre chose, les gnous assurent le service après-vente avec brio.

Un exemple ?

Bertille-Cyclamen, qui m’a arrêtée dans l’embrasure de la porte et s’est campée à dix centimètres de moi pour me lancer :

“Bonne année, M’dame Girafe ! J’viens d’vomir. Vous inquiétez surtout pas si je sors en courant, hein !”

2017 ne sera que grâce et féminitude, je le sens d’ici…

Publié dans La douce jungle de la Tanière | Tagué | 4 commentaires